«Les changements de comportement des enfants après une séance
d’art-thérapie m’impressionnent toujours.»

Prof. Dr med. Bernhard Frey, Hôpital pour enfants zurich

à propos de nous
Hôpitaux partenaires
pathologies & thérapies

Naomi Middelmann, art-thérapeute (HES) 

Parcours thérapeutique d’un jeune patient qui a pu bénéficer de séance d’art-thérapie

 C’est l’histoire d’un jeune garçon, Thomas (nom d’emprunt), qui n’a pas eu un début facile dans la vie. Du haut de ses 7 ans, Thomas a déjà vécu de nombreuses ruptures et connaît les foyers d’urgence pour y avoir été placé à plusieurs reprises. 

Hospitalisé au sein d’un service de psychiatrie pour enfants, son parcours médical est déjà bien long. Comme il communique très peu des séances d’art-thérapie sont recommandées par l’équipe médicale. 

Mais l’idée d’une thérapie de plus n’enthousiasme guère Thomas et au cours des premières séances, il ne prononce pas un mot. C’est à travers l’échange de dessin que l’art-thérapeute entre en communication avec lui et instaure peu à peu une relation de confiance avec Thomas. 

Au bout de plusieurs séances, l’art-thérapeute lui propose de travailler avec des cartons. Il choisit alors de construire une voiture, celle qui l’emmènera dans son pays natal. Les premiers mots sont partagés et l’idée de partir avec sa voiture lui plaît tellement qu’il quitte à plusieurs reprises son groupe d’étude au centre de soins pour retrouver sa voiture. 

Au fils des séances, Thomas s’approprie de plus en plus les cartons et transforme sa voiture en camping-car. Il y a aménagé un lit, un évier, des toilettes et un GPS pour l’aider à trouver son chemin. Les séances se transforment en un voyage autour du monde. 

“Le voyage sera long, et il faudra de la patience” commente -t-il. 

Accompagné par l’art-thérapeute, équipé de sa carte et de son passeport en carton, Thomas traverse les villes et les contrées pour rejoindre son pays, celui de sa famille.

La créativité et l’imagination permettent à ce moment là, à la thérapeute d’engager avec Thomas sur des sujets douloureux sans l’utilisation de mots, mais à travers le jeu créatif. 

Thomas crée par la suite, des cages à lapins, avec des lits et des jouets. Il se préoccupe de leur bien-être et de leur sécurité. Après plus de six mois de séance hebdomadaire, il accepte de travailler sur les ressentis corporels. À travers la confection de pain et de mélange de texture, Thomas s’ouvre à l’art-thérapeute et parle des sensations qu’il aime ou qu’il n’aime pas. 

Chaque œuvre réalisée est une opportunité pour l’art-thérapeute d’engager avec l’enfant sur ses émotions, ses besoins, son vécu. L’art-thérapie a permis au jeune Thomas de retrouver le chemin de la guérison.

Barbara Carnielli, peintre-thérapeute et art-thérapeute IHK, Hôpital pour enfants, Zurich

Lors des séances de thérapie, je m’adapte entièrement aux besoins et à la situation de l’enfant. J’estime important de mettre l’accent sur le côté positif et sain de l’enfant et de soutenir son autonomie. Pendant cette heure, il peut décider et choisir par lui-même. Ce n’est pas le langage qui est essentiel dans ce cas, mais l’action personnelle, ce qui permet d’exprimer des non-dits. L’activité artistique renforce les ressources et permet à l’enfant de se sentir capable d’initiative et d’action, même dans le quotidien de l’hôpital. Lorsque j’observe que l’enfant se détend de plus en plus, qu’il oublie son quotidien et laisse place à une gaieté créative, je ne peux qu’éprouver de la gratitude et de la joie.

Extrait du rapport de la musicothérapeute Claudia Hablützel, MAS en musicothérapie, Centre de pédiatrie sociale SPZ, Hôpital cantonal de Winterthour

Sabine*, 16 ans, est hospitalisée en raison d’une anorexie. La musicothérapie a été importante pour elle, car elle lui a permis de s’exprimer à la fois de manière verbale et non verbale. A chaque cours, elle a réussi à découvrir quelque chose pour elle-même, à oser et à essayer de nouvelles choses. Ces expériences peuvent être vues comme une série de pièces de mosaïque, qui, une fois rassemblées, forment une image. Une image dont le rôle est de toute première importance, car elle peut renforcer l’estime de soi. La curiosité et l’ouverture de Sabine lui sont utiles dans ce dialogue.

*Nom modifié

Brida Lang, ancienne art-thérapeute et musicothérapeute, Hôpital cantonal des Grisons, Coire

„Oh happy day“

Un grand merci à la fondation ART-THERAPIE et à l’équipe d’auteurs du livre de berceuses. Lisa*, un bébé prématuré, est aux soins intensifs depuis quelques semaines. La mère de Lisa vient voir sa plus jeune fille tous les matins à 5 heures déjà – Lisa a trois frères et sœurs à la maison. J’ai eu l’idée de placer le «carnet de chants» à côté de l’isolette avec une note pour la mère.

«Oh happy day», comme c’était les vacances scolaires, toute la famille était en visite auprès de la petite Lisa. Des larmes brillaient dans les yeux de Mme D. lorsqu’elle est arrivée dans la salle d’attente, où je jouais de la musique avec les trois enfants: «Nous connaissons ‘Idas Sommervisa’, je suis suédoise». La maman a chanté la chanson de l’été avec sa ribambelle d’enfants – le soleil brillait dans la salle d’attente du service de soins intensifs.

Ce cadeau tout de sensibilité et de délicatesse a conquis en un rien de temps le cœur des patientes et des patients, des proches et de l’art-thérapeute de l’Hôpital cantonal des Grisons.

*Nom modifié

Nous nous réjouissons de votre visite!

HEAD OFFICE
Fondation ART-THERAPIE
Rue de Beaumont 11
CH-1206 Genève

+41 78 838 24 26
info(a)arttherapie.org

SOCIAL

NEWSLETTER

Abonnez-vous à notre newsletter ici

PROTECTION DES DONNEES